Les actualités liées au rachat de crédit


RACHAT CREDIT : SIMULATION GRATUITE,
PROPOSITION DANS L'HEURE, SANS ENGAGEMENT. FORMULAIRE SECURISE.

Et si nous parlions de votre déménagement autour d'un rachat de vos crédits?

le 18/04/17

Financer un déménagement avec un rachat de crédit.

 Le Courtier Credimedia analyse votre endettement et vous simule cette opération de restructuration de crédits en englobant votre déménagement.

Voici clairement ce nous vous proposons pour votre rachat de crédits avec le financement de votre déménagement :

Nous souhaitons un contact par téléphone ou internet rapidement, pour bien comprendre vos souhaits et les détails de votre situation, même difficile.

Vous recevrez ensuite une recevabilité (ou un refus) avec votre nouvelle mensualité tous frais compris dans l'heure, ainsi que login et mot de passe pour nous scanner facilement vos documents.


 •
Vous accepterez ou non de retourner l’offre de crédit que vous recevrez très rapidement (directement de la banque), nous l’aurons choisie ensemble comme étant la plus intéressante pour vous.

 •
L’offre de crédit en main est valable entre 1 et 2 mois, à ce stade vous n’êtes pas engagé, vous avez la solution sous le coude, gratuitement, et en la retournant signée pour accord à la banque vos prêts seront immédiatement remboursés. Après ce délai l’offre sera automatiquement annulée, sans aucun frais.


Vous ne changez pas de banque. C’est la banque choisie qui remboursera vos crédits. Les mensualités seront prélevées sur votre compte habituel. Vos informations et justificatifs ne seront adressés qu’à nos banques partenaires (nous ne les vendons pas comme le font les « comparateurs »). Aucune somme d’argent ne passera par nous.

CONSEILS PRATIQUES : IMPORTANT !
Durée maximum : 12 ans pour les locataires/ Même si rejets de prélèvements, retard d’impôts, dettes diverses,...

Durée maximum : 15 ans pour les propriétaires, sans hypothèque.
Montant prêté : jusqu'à 100.000€ pour les locataires, 200.000€ sans hypothèque pour les propriétaires,  400.000€ avec une caution pour les propriétaires et au-delà avec une hypothèque chez le notaire qui se chargera de rembourser les oraganismes.
Trésorerie : avec ou sans justificatif (suivant dossier)
 De 18 ans à 95 ans âge limite de fin de crédit.  
 
Vous disposez d’un délai de rétractation de 14 jours suivant la signature de votre contrat pour renoncer à votre crédit.  La baisse de la mensualité entraine l'allongement de la durée de remboursement.  Elle doit s'apprécier par rapport à la durée restant à couvrir des prêts objets du regroupement. Un crédit vous engage et doit être remboursé.  Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.
Aucun versement de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d'un particulier avant l'obtention d'un ou plusieurs prêts d'argent, conformément à la loi L321-2 du code de la consommation.

Lire la suite ...

Taux plancher : 0,50% atteint pour le Livret A en 2021. Tél 04 92 270 270

le 11/07/15

Baisse des taux de rachat de crédit aussi !

Le taux plancher atteint pour le Livret A en 2021 !

Le livret A est un livret d'épargne, concurrent de l'assurance-vie et du PEL, pouvant être ouvert auprès d'une banque et versant un intérêt de 0,75% exonéré d'impôts. Ce n'est pas un compte-courant et ne dispose pas de chèque mais il permet d'effectuer un virement vers un autre compte.

Durant l'année 2020, près de 26.4 milliards d’euros ont été versé. Rien d'étonnant dans cette période de crise sanitaire, d'incertitudes de sortie de cette crise, et la crainte d'une future crise financière, ont favorisé les épargnants à faire des versements conséquents sur le livret A.
Difficile d’obtenir mieux que le rendement du livret A, sans risque avec la garantie directe de l’Etat de 100.000€, les épargnants ont la sécurité le capital garanti et disponible.
Pas de hausse de taux prévue lors de la prochaine décision et application au 1er août 2021.

Voici clairement ce nous vous proposons pour votre Rachat de Crédits en parallèle avec votre épargne de précaution, le Livret A :

Nous souhaitons un contact par téléphone ou internet rapidement, pour bien comprendre vos souhaits et les détails de votre situation, même difficile et pour gros rachat.

Vous recevrez ensuite une recevabilité (ou un refus) avec votre nouvelle mensualité tous frais compris dans l'heure, ainsi que login et mot de passe pour nous scanner facilement vos documents.


 •
Vous accepterez ou non de retourner l’offre de crédit que vous recevrez très rapidement (directement de la banque), nous l’aurons choisie ensemble comme étant la plus intéressante pour vous.

 •
L’offre de crédit en main est valable entre 1 et 2 mois, à ce stade vous n’êtes pas engagé, vous avez la solution sous le coude, gratuitement, et en la retournant signée pour accord à la banque vos prêts seront immédiatement remboursés. Après ce délai l’offre sera automatiquement annulée, sans aucun frais.


Vous ne changez pas de banque. C’est la banque choisie qui remboursera vos crédits. Les mensualités seront prélevées sur votre compte habituel. Vos informations et justificatifs ne seront adressés qu’à nos banques partenaires (nous ne les vendons pas comme le font les « comparateurs »). Aucune somme d’argent ne passera par nous.

CONSEILS PRATIQUES :
Durée maximum : 12 ans pour les locataires avec gros montants/ Même si rejets de prélèvements, retard d’impôts, dettes diverses,...

Durée maximum : 15 ans pour les propriétaires, gros rachat et sans hypothèque.
Montant prêté : jusqu'à 100.000€ pour les locataires, 200.000€ sans hypothèque pour les propriétaires,  400.000€ avec une caution pour les propriétaires et au-delà avec une hypothèque.
Trésorerie : avec ou sans justificatif (suivant dossier)
 De 18 ans à 95 ans âge limite de fin de crédit.  
 
Vous disposez d’un délai de rétractation de 14 jours suivant la signature de votre contrat pour renoncer à votre crédit.  La baisse de la mensualité entraine l'allongement de la durée de remboursement.  Elle doit s'apprécier par rapport à la durée restant à couvrir des prêts objets du regroupement. Un crédit vous engage et doit être remboursé.  Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.
Aucun versement de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d'un particulier avant l'obtention d'un ou plusieurs prêts d'argent, conformément à la loi L321-2 du code de la consommation.

Lire la suite ...

Paris sportifs pour la coupe du monde, attention à vos relevés de compte !

le 20/06/14

Coupe du monde et paris sportifs, attention danger  !

Avec la Coupe du Monde de football 2014 qui vient de débuter au Brésil, les sites de paris sportifs font le forcing pour inciter à miser sur les équipes favorites. A cette occasion Credimedia, spécialiste du regroupement de prêts tient à mettre en garde les ménages endettés souhaitant faire restructurer leurs crédits sur la mise en évidence de ces dépenses sur les relevés de compte. Ces prélèvements s'ils sont trop importants par rapport aux revenus peuvent rapidement entraîner un avis défavorable de la part de la banque.

Lire la suite ...

Cette règle de bon sens semble complètement oubliée par les Etats. Tél : 04.92.270.270

le 05/09/11

Comme le rappellent, en gros caractères, les obligations légales liées aux publicités pour le crédit :

"Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement", cette règle de bon sens semble complètement oubliée par les Etats.

Nous abordons ainsi sans que cela émeuve nos politiques un nouveau monde régit par des règles inédites pour les pays dit "riches".

Ces règles imposées par un monde "émergent" qui ironise sur nos difficultés à regarder avec réalisme notre endettement se sont concrétisées ces dernières semaines par des nouvelles étonnantes :

La plus grande puissance économique au monde, celle qui a superbement remplacé l'or par sa propre devise, est passée dans la liste des débiteurs moins fiable.

Les "pays riches" avec leur surendettement se surprennent à faire la manche auprès des banques centrales comme le seraient de nouveaux pauvres. Trop de dettes, de moins en moins de richesses à taxer sans mettre l'économie à plat et donc pas assez d'argent pour rembourser leurs crédits.

Les pays émergents, Chine en tête et consciente de sa nouvelle posture, qui donnent des leçons de saine gestion des deniers publics et qui n'hésitent pas à réprimander leurs anciens "riches" sur leur facilité à faire de la cavalerie avec leurs dettes.

Le monde "riche" était au bord du gouffre en fin d'année dernière, il a été remis à nouveau sous perfusion monétaire, la crise du Covid-19 intervient dans un monde de surendettement à taux bas, à la solvabilité douteuse ce qui rend la situation actuelle dramatique voire catastrophique avec une Bourse aggravant le risque financier.

Le saprophyte du crédit.

 

Le monde était au bord du gouffre en septembre dernier, il avait fallu le remettre sous perfusion monétaire

Lire la suite ...

Réforme du crédit et évolution de la régulation du crédit

le 22/06/10

Voici clairement ce nous vous proposons pour votre SIMULATION de Rachat de Crédits :

Nous souhaitons un contact par téléphone ou internet rapidement, pour bien comprendre vos souhaits et les détails de votre situation, même difficile et pour gros rachat.

Vous recevrez ensuite une recevabilité (ou un refus) avec votre nouvelle mensualité tous frais compris dans l'heure, ainsi que login et mot de passe pour nous scanner facilement vos documents.


 •
Vous accepterez ou non de retourner l’offre de crédit que vous recevrez très rapidement (directement de la banque), nous l’aurons choisie ensemble comme étant la plus intéressante pour vous.

 •
L’offre de crédit en main est valable entre 1 et 2 mois, à ce stade vous n’êtes pas engagé, vous avez la solution sous le coude, gratuitement, et en la retournant signée pour accord à la banque vos prêts seront immédiatement remboursés. Après ce délai l’offre sera automatiquement annulée, sans aucun frais.


Vous ne changez pas de banque. C’est la banque choisie qui remboursera vos crédits. Les mensualités seront prélevées sur votre compte habituel. Vos informations et justificatifs ne seront adressés qu’à nos banques partenaires (nous ne les vendons pas comme le font les « comparateurs »). Aucune somme d’argent ne passera par nous.

CONSEILS PRATIQUES :

* Ne vous laissez pas abuser par des propositions calculées par défaut avec un "taux d'appel" qui n'a rien à voir avec la réalité de votre dossier et forcément plus basses !

Durée maximum : 12 ans pour les locataires avec gros montants/ Même si rejets de prélèvements, retard d’impôts, dettes diverses,...
Durée maximum : 15 ans pour les propriétaires, gros rachat et sans hypothèque.
Montant prêté : jusqu'à 100.000€ pour les locataires, 200.000€ sans hypothèque pour les propriétaires,  400.000€ avec une caution pour les propriétaires et au-delà avec une hypothèque.
Trésorerie : avec ou sans justificatif (suivant dossier)
 De 18 ans à 95 ans âge limite de fin de crédit.  
 
Vous disposez d’un délai de rétractation de 14 jours suivant la signature de votre contrat pour renoncer à votre crédit.  La baisse de la mensualité entraine l'allongement de la durée de remboursement.  Elle doit s'apprécier par rapport à la durée restant à couvrir des prêts objets du regroupement. Un crédit vous engage et doit être remboursé.  Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.
Aucun versement de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d'un particulier avant l'obtention d'un ou plusieurs prêts d'argent, conformément à la loi L321-2 du code de la consommation.

Une nuit annonçant l’été ? Évolution de la régulation du crédit

La proposition de loi annoncée en mars 2009 est enfin ( !) passée devant le Sénat, dans la nuit du 21 juin 2010. Plus d’un an de délai… : rien ne semblait donc vraiment presser concernant la réforme des abus les plus criants dans le domaine du crédit... On pourrait juger l’impéritie gouvernementale en période de crise à la mesure de la déliquescence générale du pays. Mais on pourrait aussi dire qu’il ne fallait pas rebuter l’octroi de crédit : or il ne s’agit précisément pas d’empêcher le crédit, mais de le garantir en sécurisant les « bonnes » transactions, celles qui favorisent l’économie et les particuliers, au lieu de « plomber » l’une et de ruiner les autres.  Rappelons qu’il y a 9 millions de ménages utilisateurs de crédit en France.
Enfin, dira-t-on, les choses finissent par se faire… Ou pas ? Formulée par les services du Ministère des Finances, la loi ne dit rien que nous n’ayons déjà annoncé, mais plutôt moins. Qu’est-ce qui a disparu ?
- l’idée d’un fichier « positif » de ménages déjà emprunteurs, fichier que les institutions de crédit, en particulier les banques, auraient été tenues de consulter avant d’accorder un nouveau crédit. C’était là la solution imparable, qui aurait évité toute nouvelle ouverture de crédit à des ménages déjà endettés, qui aurait prévenu toute mauvaise foi de la part des banques ou des emprunteurs. Mais il paraît que des oppositions venaient des deux côtés. Et on n’aime jamais être fiché... Donc : plus de fichier « positif ».
- certaines obligations et sanctions professionnelles : si un crédit est attribué de manière indue, « à la légère » ou avec une « mauvaise foi » que l’on devine parfois aisément (mais qu’il sera toujours difficile de prouver devant des tribunaux), le créancier aurait dû pouvoir être déchu de son droit à remboursement. Mesure extrême, mais bien à même de susciter la prudence chez un prêteur - impliquant l’examen approfondi des capacités de remboursement avant l’octroi du crédit et une vérification approfondie de la solvabilité de l’emprunteur (sur pièces fournies en particulier), des explications détaillées sur ce que la démarche d’emprunt entraîne comme obligations mutuelles.
- enfin, pourquoi ne reparle-t-on pas de l’encadrement des pratiques de rémunération des vendeurs (brokers) de crédit en un « fixe » mais surtout un pourcentage qui varie en fonction des objectifs pour « écouler » les crédits-maison à la consommation ?
Pour ne pas souligner seulement les lacunes de la loi, rappelons ce qui demeure :
- l’encadrement du crédit « crédits renouvelables » (en français : « crédit renouvelable »), qui inclura obligatoirement une part d’ « amortissement »-remboursement du capital et pas des seuls intérêts, faisant ainsi échapper au remboursement cumulatif de ces derniers.
- restriction des pratiques de démarchage individuel (sous forme de courrier postal, téléphone, messageries électroniques) et possibilité (déjà existante) de déposer plainte contre le « SPAM » non désiré (par courriel, texto, SMS etc.)
- la réglementation de la publicité dans ses formes les plus racoleuses et parfois même trompeuses : taille variable du lettrage des chiffres des taux ; affirmations du genre : « réserve gratuite d’argent » – ce qui n’existe pas ! Contre cela, l’obligation est faite d’indiquer en caractères visibles et lisibles, toutes les données et le taux réel qui sera pratiqué après qu’une promotion aura expiré. Et une mention devient obligatoire (du type de celle portée sur les paquets de cigarettes) accompagnant toute proposition de crédit – par exemple : « un crédit, ça engage ; un crédit, ça se rembourse ». Un crédit, c’est de la vie, mais il y a un coût ! Ce qui va sans dire va encore mieux en le disant…
Pour que le crédit, ça profite à tous !                   

Le saprophyte du crédit.

Lire la suite ...

concernant épargnants et emprunteurs : le rachat de crédit en Chine n’est pas si développé que chez nous

le 03/02/10

Des leçons de Chine ou du Japon ?

En janvier, des banques chinoises suspendent leurs prêts. Il paraît que le monde entier regarde vers la Chine : eh bien, le gouvernement y plafonne le montant du crédit et la commission bancaire y appelle les établissements à la prudence. Y a-t-il lieu de s’étonner ? A regarder vers l’Extrême-Orient, on pourrait rappeler la formule : « Les banques qui ont trop à faire pour amortir leurs créances douteuses ne prêtent pas », forgée au Japon durant la décennie de crise déflationniste. La crise de langueur au pays du Soleil Levant préfigurait-elle la présente ?

En fait, la crise s’aggravait là-bas de l’échec à répétition des politiques de relance des pouvoirs publics, qui échouaient aussi régulièrement que lamentablement devant une réalité simple: leurs bilans pourris mettaient les banques en incapacité de faire face aux engagements et elles faisaient défaut, tandis que les emprunteurs ne trouvaient aucun crédit. Il faut ajouter que l’épargne populaire massive… ne trouvait plus à s’investir, les banques ne faisant plus circuler le crédit – ce qui n’empêchait d’ailleurs pas leurs traders de spéculer par ailleurs, en particulier sur la valeur de la monnaie nationale… Des leçons à suivre ou à fuir ?

Une différence cependant, concernant épargnants et emprunteurs : le rachat de crédit n’est pas si développé que chez nous ou plutôt, sans entrer dans le détail, l’usure est connue pour s’y substituer et les résultats sont d’autant pires. Mieux valait donc avoir des économies. Mais faute d’économies et de garanties sociales, ou plutôt gouvernementales, la misère reparut dans un pays où elle était, depuis la croissance des années 1960-70, sinon inconnue, du moins inapparente. En France, divers « filets de sécurité » existent au sein de la société; mais ils ne doivent cacher ni les difficultés ni faire espérer que les banques arrivent bientôt à refaire fonctionner correctement les mécanismes du crédit. Le gouvernement français tente de les régenter. Mais comment surmonter leurs angoisses quant aux capacités des emprunteurs ? Comment leur faire avancer les crédits nécessaires à stimuler l’activité ? Plus encore qu’un manque de bonne volonté, c’est la crainte qui paralyse les banques. Il reste aux particuliers à « nettoyer leurs bilans », à racheter et à réorganiser leurs crédits de leur côté. Sans oublier que ce qui se passe dans le lointain Orient n’est pas si différent, en économie de marché, de ce qui se passe chez nous et que le rachat avisé est nécessaire pour que le crédit, ça profite à tous !    

Le saprophyte du crédit.

 

Lire la suite ...

Page 1 sur 14 Suivant >


logo cnil Credimedia

Vos informations ne seront utilisées que pour l'usage exclusif de Crédimedia, Mandataire non exclusif en opérations de banque et services de paiement & en assurance sous le n° ORIAS 08040514 (www.orias.fr). Société soumise au contrôle de l'Autorité de Contrôle Prudentiel et Résolution (ACPR), dont l'adresse est sis 4 Place de Budapest, CS 92459, 75436 Paris Cédex 09 téléphone : 01 49 95 40 00 site :
www.acpr.banque-france.fr.
« Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager » « Vous disposez d’un délai de rétractation de 14 jours suivant la signature de votre contrat pour renoncer à votre crédit. »

« La baisse de la mensualité entraîne l’allongement de la durée de remboursement. Elle doit s’apprécier par rapport à la durée restant à courir des prêts objets du regroupement.» Aucun versement de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d'un particulier, avant l'obtention d'un ou de plusieurs prêts d'argent.»

Vous pouvez vous désabonner à tout moment en nous envoyant un mail à : confidentialite@credimedia.com

Le présent site a fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous N° 1083712. A ce titre, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés").

Pour l'exercer, adressez-vous à :
CREDIMEDIA
Service Clients
235, avenue des Mouettes
06700 ST LAURENT DU VAR
reclamations@credimedia.com

Informations et guides

Vous envoyez votre formulaire de demande de rachat de crédits

Informations et guides

Vous recevez une proposition gratuite et sans engagement

Informations et guides

Nous déposons votre dossier de demande en banque pour acceptation

Informations et guides

Vous signez votre crédit unique de substitution